Maisons de ville

 

 

Maisons de ville

Photo1

Photo2

Photo3

Signe que la société s' installe de plus en plus dans la durée, les colons, dès la fin du XVIIe siècle, se construisent une case dans les mornes, et une maison au bourg, comme le signale le père Dutertre. Jacques Petitjean Roget évoque ainsi les bourgs de l' époque.- « Des lieux où se rencontrent les gens d' un quartier appartenant à une même compagnie de milice, pour faire contrôler leur production (ce qui leur permet d' acquitter leurs droits et d' effectuer des échanges de marchandises), et où ils peuvent assister aux cérémonies religieuses. » Obligation de se défendre, de remettre au Trésor public ce qui lui est dû, nécessité de commercer et de remercier Celui qui permet toutes ces grandes choses -. c' est déjà la Civilisation. Plus l' organisation sociale devient complexe, plus les villes et les bourgs prennent de l 'importance,notamment à partir du XIXe siècle. L' habitat urbain se développe mais présente naturellement, à ses débuts, de fortes similitudes avec l' habitat rural, les modèles bâtis reprenant les trois types architecturaux. la case, la Grand'Case, la maison de maître. Au centre-ville, en revanche, la relative modestie des parcelles utilisables impose la construction en hauteur, laquelle est toutefois limitée, à la fois par les moyens financiers et par l' état du sol. Les catastrophes, assez nombreuses - incendies, tremblements de terre ou cyclones - ont conduit les édiles à imposer divers types de construction. rez-de-chaussée en dur, pour éviter la propagation des incendies; étages en bois, pour limiter les dégâts des secousses sismiques. Sur la façade, un balcon ouvragé en fer forgé ou en bois sert d' auvent au rez-de-chaussée. Les chambres sont situées à l' étage, le salon et la salle à manger au rez-de- chaussée, cependant qu' un couloir latéral s' ouvre sur une cour intérieure, parfois plantée d' arbustes, et où se trouvent les annexes réservées aux activités domestiques: la cuisine, la buanderie, le débarras, et même parfois un poulailler.

 

 

Plan du site

Antilles Martinique Fleurs Faune Végétation

DOM TOM Locations de vacances

 

Nota: Toutes les desriptions de cette page proviennent du livre " Maisons des îles MARTINIQUE " et sont de Brigitte MARRY et Roland SUVELOR.

Fondation Clément - ARTHAUD.

Nous vous recommandons vivement ce livre

 

Echange de bannières d'Outre-mer